Non à la déclaration des Evèques du Burundi

« Twaricaye turabaza Mutima, turaraba nico amategeko avuga dusanga ko Nkurunziza yahejeje ikiringo ciwe cugutwara. Arico gituma hategekanijwe igisabisho c’imisi icenda tusabira ibisanya ry’abarongozi bigihugi mu mahoro. ... » « Ijambo rikuru kandi ridafobetse Abarundi bemeranije, bakongera bagapfundika, ni uko uwuramutse atowe akaba umukuru w’igihugu c’uburundi, uwari we wese atorenza ibiringo bibiri vy’imyaka itanu »(source des citations et image: arib.info et iwacu-burundi.org)

La prise de position des Evèques du Burundi au sujet des mandats présidentiels est une erreur grave par rapport à la Parole de Dieu

Dieu nous a donné de l'intelligence pour analyser et comprendre à la lumière de sa Parole, la mission du Sacrificateur ou Prophète (Evèque) et celle du Roi (Président).

Mission du Sacrificateur ou Prophète ou Evèque :

  • Le Sacrificateur est la lumière du monde et le sel de la terre: il est un modèle de référence pour tout le peuple et n'a aucun parti pris, une neutralité absolue est l'une de ses principales qualités.
  • Le Sacrificateur interroge Dieu et prie avant pour savoir quel conseil à donner au Roi sachant que la mission du Roi est cent fois plus compliquée que celle du Sacrificateur. Mais vous, vous prenez des décisions et vous demandez au peuple de prier en fonction de vos décisions contre le Roi. L'analyse de la constitution et des accords signés revient au Roi (la Cours constitutionnelle) et l'analyse des textes bibliques revient au Sacrificateur pour voir comment amener beaucoup de gens à la lumière : l'amour du prochain, l'abandon de la haine, de la jalousie, de l'égoïsme, de l'orgueil, des assassinats, du mensonge, de la débauche, de la corruption etc. Ainsi le Sacrificateur facilite la tâche du Roi en amenant beaucoup de gens à la lumière. Mais si le Sacrificateur soulève le peuple contre le Roi, le Sacrificateur devient le sel qui perd sa saveur.
  • Souvenons-nous que Jésus Christ le Sauveur du monde faisait du bien au peuple et était apprécié. Mais quand les Sacrificateurs se sont entendus par jalousie, ils ont décidé de soulever le peuple contre lui pour demander qu'il soit crucifié. C'est un exemple à ne pas suivre.
  • Le Sacrificateur gère les fidèles qu'il a encadrés, baptisés,à qui il donne la communion, "acquis à son obéissance". Il n'est pas normal qu'il les soulève contre le Roi qui gère une situation plus compliquée.


Mission du Roi ou Président

  • Le Roi gère tout le monde: les Evêques et leurs fidèles, toutes les religions, les non-croyants, les fous, les voleurs, les révoltés, les assassins, les corrompus, les riches, les pauvres, les salariés, les chômeurs etc. Et personne n'est d'avance acquis à son obéissance. Il doit maintenir l'équilibre de tout cet ensemble. C'est pourquoi ceux qui veulent occuper cette fonction devraient réfléchir cent fois avant de s'engager et poser leur candidature.
  • Amener toutes ces personnes à vivre ensemble paisiblement n'est pas une chose facile. C'est même humainement impossible. Et entre temps le Roi est soumis tant aux pressions nationales qu'internationales. Ce qui n'est pas le cas pour le Sacrificateur. Voici la situation que gère le Roi (Président):

Le Sacrificateur est mieux placé pour savoir que le monde actuel va très mal spirituellement et que ses déclarations contre X ou Y ne feront qu'aggraver la situation.

Les idoles (mots) autour desquels le désordre actuel mondial est organisé sont :Démocratie, Liberté d'expression, Droit de l'homme,Droits de la Femme, Droits de l'enfant, Changement, Constitution, etc. Ainsi grâce à ces idoles, je peux faire ce que je veux sans tenir compte des autres, je peux mépriser les parents, les conjoints, les autorités, je peux faire le travail des autres, etc. J'ai le droit à tout sans limite et aucun devoir

La magistrature suprême n'est pas une question de changement pour faire des tours: aujourd'hui c'est X et demain ce sera Y. C'est une question de don de gouverner, de la conviction profonde de celui qui aspire à cette fonction à vouloir faire du bien à son peuple avec les moyens mis à sa disposition. Mais malgré cela même si Dieu envoyait un ange spécial pour diriger les Burundais, certains trouveront que c'est un ange spécial et d'autres diront que c'est un diable.

Bon courage, Excellences Messieurs les Candidats à l'élection présidentielle du Burundi en cette année 2015


Rédaction

Retour